Édito général  

 

La Basse-Cour sort de son isolement tel le papier de la presse. Comme nous tous, elle a vécu des mois d'incertitude. Ah ! N'a-t-elle connu le spleen, les égarements et les folies de la solitude ? Mais qu'importent les questionnements Lorsque la couvée attend, L'Oie ne tolère nulle paresse.

Cette couvée n'est pas un pavé de plus dans la mare, C'est le cri cacardé d'une famille éclatée En ces temps troublés, comme un appel à la solidarité. « Ne laissons pas la distance nous couper les ailes ! » « Loin des plumes, près du cœur » disait-elle, L'Oie qui, sur tous ses oisons partis loin, posait son regard.

C’est donc au terme d’intenses efforts que l’Oie vous emmène Bien loin des miasmes morbides qui contaminent l'actualité. Le menu du numéro a été testé : Aucun signe de peste pangoline. Goûtez donc à chaque ligne Comme vous goutiez à l'air pur, une fois sorti de quarantaine.

Le premier arrêt de ce nouveau voyage est spirituel. L'Oie prend le chemin du sacré pour le décortiquer. Religions et coutumes, bigots ou défroqués, Les arcanes du mysticisme vous seront ouverts. Alors gardez vos chakras en alerte Et contemplez la puissance du cultuel.

Une fois sortie de ses temples, l'Oie vous ramène dans le monde physique. Direction l'Océanie où vous migrerez d'île en île De l'Australie à la Papouasie, pour connaître de nouveaux volatiles. Puis si votre appétit n'est pas encore satisfait Place au voyage culinaire pour un dîner presque parfait. Alors installez-vous et savourez chaque rubrique.

Maintenant, un mot pour ma Basse Cour chérie, car il est temps de remercier les oisons qui sont allés plus loin que leur devoir. Et de saluer ceux qu'on ne pourra pas revoir. Comme le veut la tradition, la vieille garde passe la main À la nouvelle qui saura assurer les plus beaux lendemains. C'est donc chargée de changements qu'arrive la fin du Printemps.

Une pensée, enfin, à ceux qui nous comblent chaque fois, Merci à nos contributeurs fidèles et engagés, Venus noircir en nombre ces colonnes de papier Et bien sûr à toi qui nous permets d'exister. Cher lecteur, puisse ta passion toujours persister. Longue vie à toi, longue vie à l'Oie. 

Numéro 19

8,00 €Prix