Le n°7

Le nouveau numéro de la revue est sorti le 7 septembre 2015

front page numéro 7

 

EDITO

L(‘) Oi(e) de tous les possibles

*A qui saura lire au delà des lignes de l’ordre établi.

Chère Oie,

C’est dans le noir et à tâtons que je prends la plume ce soir pour t’adresser ces quelques mots. J’espère que cette missive te parviendra sans encombres. Afin que notre cause perdure, je me prends à méditer sur la portée de nos actes.

Défragmentées, protéiformes, transversales, les luttes d’aujourd’hui transcendent les mythes subversifs d’hier. Sur l’autel des croyances et des idéologies ancestrales s’entrechoquent les espoirs de milliards d’âmes qui palpitent. Mais au cœur du tumulte auquel les révoltés des temps modernes font chacun écho à leur manière, j’aime à me répéter que quoi qu’il arrive tu seras toujours là.

A l’heure de l’immédiateté et de l’immatériel, tu as su t’affranchir des contraintes temporelles et des discours entendus pour affirmer ta propre identité: un objet singulier, unique ; une plume acérée et un ton libre.

Sans perdre de vue nos désirs de s’encrer toujours davantage au cœur d’une actualité réflexive qui se décline sur le temps long, toi seule a su saisir les dynamiques qui sous-tendent la fracture des grands équilibres.

Au delà des clivages idéels et du choc des cultures, montre-nous le visage de cette nouvelle génération d’insoumis. Puis prends-nous sous ton aile et fais-nous découvrir ces recoins du globe ignorés, délaissés.

Aujourd’hui, prendre mesure de ton envergure, c’est faire état de ton envol progressif : des hauts-lieux universitaires de la région à ta migration vers de nombreuses bibliothèques et librairies de l’Hexagone. Quoi qu’il se passe, nous avons foi en la sagesse et la soif de découverte que tu déclines au fil des pages.

Passionaria placide, modératrice des jeunes insoumis et des explorateurs de grimoires aguerris : tu combines avec diplomatie les débats de haut vol. Que cet esprit perdure car c’est sous ton aile que l’aventure est belle.

Pourqu’Oie ? Comment ? Le Pourqu’Oie du Comment.

Longue vie au Jeu de l’Oie.

Sarah